Nos vétérans

JOSEPH FRANCOEUR

100_4629Soldat de l’armée canadienne, outre-mer Régiment de la chaudière
Guerre 1939-45
Cloridorme, Gaspésie.

Quelques mémoires en bref :

J’ai quitté le Canada pour aller servir mon pays, le départ s’étant fait d’Halifax à 7h moins 10 le Jour de l’An au matin. Je revois encore cette grande horloge au port nous indiquant le départ. N’ayant pas eu la permission de revenir en visite d’adieux, imaginer la douleur de mes parents, Benoît Francoeur et Adélaïde Marticotte.

J’ai traversé l’Atlantique sur le bateau New-Amsterdam, nous étions 16000 soldats et 2000 hommes d’équipage, et nous avons dû contourner les sous-marins et braver de grosses tempêtes. Plusieurs soldats furent malades, nous avions deux repas par jour, au menu : morue séchée jaunie et patate avec pelure. Pour le dodo, nous n’avions que le hamac situé dans la cale du bateau.

Enfin, nous sommes débarqués en Écosse (Angleterre), imaginez en temps de guerre fallait faire vite, Hollande, Belgique, Allemagne etc. J’ai vu de mes amis se faire tuer, mais malgré toutes ces horreurs fallait continuer.

Merci de m’avoir lu.

M. Joseph Francoeur décoré de la Médaille de Participation à la guerre 1939-1945, de la Médaille de la Libération de la Hollande 1945 et la Médaille de Participation du Continent européen France-Allemagne.

ÉMILIEN DUFRESNE, ANCIEN COMBATTANT

DSC_7889C’est le 26 juillet 1941 à l’âge de 18 ans que ma petite vie tranquille de gaspésien bascula. En effet, c’est ce jour que des agents de recrutement se sont présentés à Cloridorme pour enrôler et je m’y suis présenté. Mon père n’était pas très content car lui, savait ce que c’était car il avait participé à la guerre de 14-19 comme combattant volontaire et s’était enrôlé dans un régiment ontarien. A son retour de guerre il est revenu s’installer ici.

Le soldat Émilien Dufresne du régiment des Voltigeurs de Québec en passe d’être transféré dans le régiment de la Chaudière doit partir à Halifax et, de là, traverser l’Atlantique pour l’Angleterre.

« Ce matin du 6 juin 1944, je me rappelle avoir rencontré la mort, la vraie, celle qui est gluante et froide » (jour du débarquement)

Le régiment de la Chaudière fut parmi ceux qui débarqua en Normandie pour essayer de contrer les Allemands et libéré la France. Trop d’hommes sont morts, moi, peu de temps après je fus fait prisonnier par les allemands. Ma capture dura 10 mois, 10 mois à croire régulièrement que j’allais y rester.

Enfin j’ai pu exorciser tout mon passé en écrivant un livre sur mes expériences passées, le titre : Calepin d’espoir

Merci de vous souvenir que des milliers de jeunes se sont battus pour la liberté et la patrie.

Monsieur Émilien Dufresne reçu 5 médailles : une étoile pour les combattants au conflit mondial; une autre pour avoir combattu en Europe France-Allemagne; médaille de la Défense Nationale du Canada; médaille des volontaires, et celle pour avoir participer au conflit de la dernière guerre et une autre reçue lors du 60ième anniversaire du débarquement en Normandie : médaille pour l’enfer de Carpiquet qu’il a reçu en France en 2002 .

Emilien Dufresne « Si on parlait d’espoir » HD

La Seconde Guerre Mondiale a aussi concerné le Canada. La preuve en est avec ce québécois, Emilien Dufresne qui à travers ce documentaire, nous explique son parcours et surtout l’Espoir qu’il a toujours gardé même pendant les moment les plus durs!

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *